Philosophie d’intervention

La Bouée, c’est bien plus qu’une maison d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale. 

La préoccupation première est de répondre aux besoins des femmes afin de leur permettre de reprendre le pouvoir sur leur vie.

En savoir plus

Mythes ou réalités

Mythe #8

Le conjoint violent a des problèmes psychiatriques.

Réalité #8
Bonne réponse
Mauvaise réponse
C'est faux

Un faible pourcentage de conjoints violents a des problèmes psychiatriques. La violence n’est pas une maladie.

Mythe #5

La personne qui commet l’agression prévoit presque toujours la violence, qu’elle a mis en place et organisée.

Réalité #5
Bonne réponse
Mauvaise réponse
C'est vrai

L’agresseur prévoit ses comportements violents. Cette violence se déroule selon un cycle précis. C’est ce qu’on appelle le cycle de la violence conjugale.

Mythe #6

Les femmes provoquent souvent les agressions de leur conjoint et elles reçoivent ce qu’elles méritent.

Réalité #6
Bonne réponse
Mauvaise réponse
C'est faux

Il n’y a pas provocation, sinon des événements déclencheurs qui deviennent des « prétextes » à la violence. La personne qui agresse est la seule responsable de ses actes. Personne ne mérite de subir de la violence.

Mythe #13

Les enfants vivant dans des contextes de violence conjugale finissent par oublier ce qu’ils ont vécu.

Réalité #13
Bonne réponse
Mauvaise réponse
C'est faux

Plus de la moitié des enfants exposés à la violence conjugale répondent à tous les critères du syndrome post-traumatique. La majorité des autres enfants présentent des symptômes liés à ce syndrome.