Huguette

Mon triste parcours de vie s’est enfin terminé lorsque j’ai décidé de quitter la maison, qui était devenue pour moi une prison. Après avoir vécu plus d’une quarantaine d’années de souffrance psychologique, physique avec un conjoint qui était contrôlant, manipulateur, un homme malade, je dirais même fou.

 

Pour ne pas mettre mes enfants en conflit, j’ai débarqué à La Bouée. Une maison d’hébergement dont je ne savais rien. J’étais tellement détruite que je me souviens à peine être venue à Lac-Mégantic avec mon auto. Elles m’ont ouvert la porte de la maison, leurs bras et surtout leur cœur. Dans les minutes qui ont suivi mon arrivée, je me suis sentie déjà protégée, mais surtout non jugée. Elles m’ont d’abord sécurisée, calmée et ont assuré ma protection.

 

Ensuite, j’ai réussi à parler de ma situation à cœur ouvert avec les intervenantes présentes ce jour-là et toutes les autres que j’ai rencontrées plus tard. Ces femmes étaient tellement à l’écoute, j’étais enfin capable de parler ouvertement et surtout d’être comprise. Ces femmes, si professionnelles et humaines, ont su ouvrir les portes de mon cœur fermé depuis si longtemps, pour me faire dire des choses très difficiles pour moi, mais j’étais à l’aise de les dire, cela m’a tellement libérée, ce qui fait que j’avance dans la vie, grâce à elles.

 

Heureusement que cette maison d’hébergement existe, car plusieurs femmes comme moi devanceraient la fin de leur vie. Moi, elles m’ont sauvé la mienne. C’est incroyable tout ce qu’elles font pour nous. Chacune d’elle a quelque chose de spécial en elle.

 

Sans hésiter, je veux témoigner de l’aide professionnelle qu’elles apportent à des femmes de tous les âges et milieux, avec ou sans enfants. Je dis aux autres, n’hésitez pas à leur demander de l’aide. Elles sont là pour nous aider à redevenir ce que nous étions, des femmes autonomes, avec notre propre identité et recommencer une nouvelle vie. C’est très important de parler de cette maison d’hébergement appelée La Bouée et de la garder dans notre région. Peu importe la situation que vous vivrez, vous ne pouvez pas affirmer qu’un jour ou l’autre, vous n’aurez pas à demander de l’aide de cette maison.

 

Pensez La Bouée et vous êtes rescapées!

Je les aime toutes et je les remercie de tout mon cœur.

J’aimerais un jour, si Dieu me le permet, leur rendre une parcelle de ce qu’elles m’ont redonné.

Merci

 Huguette